Speerstra Gallery / SWITZERLAND

Téléphone: +41(0) 21 824 20 10

Horaires: Ouvert le vendredi et samedi de 14 à 18 heures et sur rendez-vous.

Chemin des cerisiers,1
1183 Bursins,
Switzerland

Plan d'accès Google Map® (Switzerland)

Speerstra Gallery / PARIS

Téléphone: +33 (0) 9 83 01 45 86

Ouvert du Mardi au Samedi de 14h30 à 19h et sur rendez-vous.

24 rue Saint-Claude
75003 Paris
France

Plan d'accès Google Map® (France)

home / Wiki / INOCENT KIDD

INOCENT KIDD

Inocent Kidd est un jeune français pour qui le graffiti est avant tout une philosophe de vie. Son parcours singulier le pousse à développer un graphisme qu’il exprime grâce à la pratique du tatouage. C’est incarcéré dans une prison en Colombie qu’il débute une véritable pratique de la discipline. Son savoir-faire lui vaut le respect de ses codétenus qu’il tatoue de ses dessins. Aujourd’hui incarcéré en France, il entretient sa liberté intellectuelle grâce à son art. Il a choisi d’illustrer son quotidien, d’une façon aussi radicale que peuvent lui permettre ses conditions de vie.

---

C'est l'histoire d'un citoyen français qui, contraint de purger une peine dans la prison de La Picota, à Bogota, a maîtrisé le tatouage à la main pour survivre et établir son statut derrière les barreaux. Son pseudonyme - Inocent Kidd - est d'autant plus ironique qu'il s'agit d'un graffeur. Son expérience incroyable a fait de lui une icône du tatouage en prison, il a même lancé sa propre ligne de produits dérivés et bientôt, un livre détaillant son parcours. Mtn-world a pu contacter Innocent Kidd pour en savoir plus sur cette histoire fascinante.

J'ai toujours gardé ma vie de writer dans l'ombre, je n'ai jamais rien publié sur les réseaux sociaux ou dans les magazines. J'ai commencé à peindre en 2006 dans ma ville en France et dans les Asturies, où j'ai de la famille. J'ai commencé dans la rue, mais très vite, à l'âge de 13 ou 14 ans, j'ai commencé à peindre des trains. À l'époque, écouter des morceaux d'Hurto allait toujours m'encourager à peindre l'acier. Mes premiers trains étaient des FEVE dans les Asturies et des tas de trains SNCF dans ma ville, Lyon. J'ai peint plusieurs systèmes de métro et des trains dans diverses villes d'Europe. J'ai de bons souvenirs des métros de Naples avec mon ami le SOM, de Lisbonne avec COLA et de Madrid avec mes panas le TBR - shout out Lacos, Zune, Waze et Nids. Ici en Colombie, j'ai pu peindre le métro de Medellín, quelques années avant d'être enfermé. Puisqu'il n'y a pas de métro dans ce pays, je me suis remis à peindre dans la rue.

Pour un Européen, il n'est pas du tout facile de se retrouver dans une prison en Amérique latine. Ici, les gens connaissent tout le monde par un nom ou un surnom, si quelqu'un arrive et que personne ne sait rien de lui, on peut le soupçonner d'être un mouchard. Pour moi, ce n'était pas facile au début, mais comme je parle la langue, j'ai su me faire des amis et grâce aux tatouages, j'ai fait en sorte que le reste des détenus me fassent un peu plus confiance. La chose la plus importante est d'éviter les conversations des autres et les commérages, de s'occuper de ses propres affaires. C'est la chose la plus importante dans une prison, où qu'elle soit.

Mon style de tatouage est clairement influencé par mes graffitis. Très graphique, presque minimaliste, des choses simples qui peuvent être comprises en un coup d'œil. En fait, je ressens la même chose quand je tatoue et quand je peins des graffitis : Je sais que mon œuvre va voyager. Comme nous sommes tous en attente d'extradition, je sais que si je tatoue quelqu'un, très bientôt il sera dans un autre pays pour montrer son tatouage et expliquer qui l'a fait et comment. Je pense qu'un tatouage, comme un graffiti, marque un moment, une histoire, un souvenir.

Quelques Œuvres...