Speerstra Gallery / SWITZERLAND

Téléphone: +41(0) 21 824 20 10

Horaires: Ouvert le vendredi et samedi de 14 à 18 heures et sur rendez-vous.

Chemin des cerisiers,1
1183 Bursins,
Switzerland

Plan d'accès Google Map® (Switzerland)

Speerstra Gallery / PARIS

Téléphone: +33 (0) 9 83 01 45 86

Ouvert du Mardi au Samedi de 14h30 à 19h et sur rendez-vous.

24 rue Saint-Claude
75003 Paris
France

Plan d'accès Google Map® (France)

home / blog / Speerstra Collection

Speerstra Collection Aaron Sharp Goodstone Chris DAZE Ellis Henry Chalfant John CRASH Matos John JonOne Perello Inside

L’exposition "Graffiti – In the Beginning" témoigne des premières heures du street art à New York. 

Présentation de l’évènement avec Jérome Catz, grand manitou de la galerie Spacejunk. Toutes les œuvres présentées dans le cadre de "Graffiti – In the Beginning" proviennent du fonds de la Fondation Speerstra – dirigée par Willem Speerstra un véritable spécialiste et passionné du graffiti – et sont exposées en France pour la première fois. "Il y a énormément de gens qui se déplacent et ils ont conscience – pour ceux qui viennent et connaissent le monde du graffiti – d’avoir en face des yeux des pièces historiques", détaille Jérome Catz. Les toiles exposées ont été peintes par les artistes urbains américains qui participèrent aux premières expositions d’art urbain dans des galeries.Ils sont passés des murs à la toile "très facilement parce qu’aux USA ils [les artistes] sont complètement décomplexés par rapport au fait de vendre : ce n’est pas un problème. Ces jeunes gens ne s’imaginaient pas qu’ils seraient un jour présentés comme des artistes par les galeristes. Ils étaient flattés et enchantés car c’est une forme de reconnaissance. Ces gamins des quartiers les plus pauvres faisaient cela de manière passionnelle sans rien attendre. Les toiles qu’ils ont graffées ressemblent à ce qu’il y avait sur les murs. Elles sont immenses et c’est très intéressant car nous sommes sur des œuvres d’époque".Et Jérome d’enfoncer la bombe de peinture aérosol : "C’est exactement comme si nous avions pris des bouts de murs ou de trains et que nous les avions mis là", dans les espaces Spacejunk. Parmi les artistes présentés (une grosse quinzaine dont Futura, Lady Pink, Crash), Catz voue une certaine admiration pour Dondi White. "C’est quelqu’un qui a une histoire incroyable : homo, black, cultivé, il travaillait pour le gouvernement américain et il engageait vraiment le steak quand il graffait car de par sa position sociale, sa profession, s’il se faisait choper, il perdait son métier". Dondi, décédé à la fin des années 90, possède un style bien à lui, vraiment reconnaissable, épuré et très fort comme le rappelle Jérome Catz. L’exposition "Graffiti – In the Beginning" va circuler dans les mois à venir dans les différents centres artistiques Spacejunk.

© Guillaume Roche

Categorie(s)/

Autres articles/

Archives/