Speerstra Gallery / SWITZERLAND

Téléphone: +41(0) 21 824 20 10

Horaires: Ouvert le vendredi et samedi de 14 à 18 heures et sur rendez-vous.

Chemin des cerisiers,1
1183 Bursins,
Switzerland

Plan d'accès Google Map® (Switzerland)

Speerstra Gallery / PARIS

Téléphone: +33 (0) 9 83 01 45 86

Ouvert du Mardi au Samedi de 14h30 à 19h et sur rendez-vous.

24 rue Saint-Claude
75003 Paris
France

Plan d'accès Google Map® (France)

home / Wiki / Antoine Gamard

Antoine Gamard

Antoine Gamard / 1977 / Paris / France

Antoine Gamard a étudié à l'école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1999 à 2005. Il y fréquente d'abord l'atelier de Claude Viallat puis se spécialise en sérigraphie. En marge de ses productions d'atelier, il appose dans plusieurs villes d'Europe un logotype "Corbeau" essentiellement sous forme de stickers et s'inscrit ainsi dans le courant naissant du Street Art.
De 2007 à 2011, il fait de son œuvre le théâtre de décalages culturels où les écritures bien que décors deviennent sujets dans ses peintures réalistes. Cette période le réconforte dans l'idée que : "écrits, saturation et abstraction doivent être au cœur de l'œuvre pour mieux appréhender les flux d'informations, leurs violences et leur sens."
Antoine Gamard, qui avait commencé à traiter du sujet de la superposition des écritures en 2006, présentant alors ce travail sous le pseudonyme d'Edwin Goodwrite, aboutit ses réflexions en 2011 en affirmant sa signature picturale dans l'abstraction.

[...] Il utilise les lettres du vocabulaire de l’argot américain. Il s’empare donc des signifiants sans plus se préoccuper d’en transmettre le ou les signifiés. Grâce à une technique particulière, il les superpose en blanc sur des surfaces polychromes, les concentre dans le lisse d’une matière fluide déposée sans aspérité sur la toile,  leur accordant la graphie gestuelle des tags. Dans le tohu-bohu visuel qui s’ensuit, l’œil a la possibilité, s’il en prend le temps, de distinguer telle ou telle lettre en particulier.
Mais ce qui l’accroche en premier lieu, c’est le mouvement qui anime les toiles. La blancheur du calligraphisme dessine des sinuosités, des réseaux comme le flux de la circulation urbaine sur une cartographie colorée, comme les impulsions électriques traversant un cerveau en train de penser, comme les ondes qui nous envahissent transportant des milliards d’informations en quelques nanosecondes.
Ici rien n’est stable ni figé. Ça circule, se répand, pullule, inonde. À l’instar de certaines œuvres d’op art, un vertige naît qui correspond assez à ce rythme d’existence qu’impose le monde d’aujourd’hui en sa mobilité, sa flexibilité, sa créativité, sa compétitivité. Le travail plastique de chaque œuvre rend chacune des compositions plaisante, joyeuse, ludique avec une pointe de redoutable. Il y a nécessité pour qui observe de participer aux tableaux. Il lui faut s’approcher, se reculer, zoomer son regard, darder des yeux enquêteurs. Les mots conservent une part de mystère et ne se livreront jamais totalement. Les voici devenus picturalité.
[...] Plusieurs tableaux, sous la dénomination "Half", arborent une exécution différente. Les mots s’y trouvent en amalgame compact, matière épaisse, conglomérat dont le poids finit par céder à l’attraction de l’espace et s’écoule, un peu comme suinterait une blessure, un trop plein de sécrétion.  Comme si, en fin de compte, plus rien de cette accumulation n’avait de sens parce qu’il est devenu impossible, impensable de trier, d’opérer des choix, de discerner.

© Michel Voiturier / Antoine Gamard / Speerstra Gallery